Taille architecturée de cyprès

 

Cypressus sempervirens

Sa majesté !
Naïvement, j’ai longtemps cru que c’était un arbre.

Grave erreur, ce n’est pas un arbre, il s’agit d’un paradoxe !

Comment peut-on avoir de si beaux jardins méditerranéens, sans parler des villas qui se trouvent au beau milieu de ces jardins, et de ces si tristes cyprès !

Oui, oui, je sais bien, « le temps n’a cessé de s’écouler ».

Résultat, un enfer de désolation : balais de sorcière, silhouette désabusée, squelette meurtri, tête ébouriffée ou chancelante (et encore, pour les plus chanceux, parce que pour les autres, on leur a déjà coupé la tête…)

STOP !

À bien y réfléchir, tant qu’a mettre des millions dans une maison, des centaines de milliers d’euros dans les jardins (ce qui est très bien d’ailleurs), pourquoi ne pas investir quelques centaines d’euros dans l’entretien de ces malheureux !

Pour les plus sceptiques, quelques synonymes du mot « désolation » :
Abomination, affliction, amertume, chagrin, douleur, tourment, peine, navrement, dévastation, désespoir, ravage ….

Bon, pour ceux qui désirent y mettre un peu d’ordre, le remède est simple : nous préconisons (par expérience) une taille d’effilage par an, de préférence de juillet à août, pas après.

Nous intervenons avec notre nacelle tractable, bien moins lourde qu’un camion nacelle, ménageant d’avantages vos abords…

Le cyprès nous est reconnaissant de ne pas avoir de point d’appuis sur lui.

Nous gagnons en précision de taille, en esthétique et en temps.

Bien évidemment le matériel de taille est désinfecté entre chaque sujet et les déchets verts évacués de la propriété.
Aucun traitement chimique n’est appliqué, car aucun n’est vraiment efficace.

Pour les sujets les plus «préoccupant» (cf quelques lignes plus haut), il faudra mettre les bouchées doubles : élimination des bois morts, recentrage autour du tronc, certissage de l’ensemble.
Nous intervenons sur les départements suivants : 04,13,84 et 69.

La taille de cyprès en images…